Ceci est une photo de Julien BOUTHILLON président de COSYLVA lors d'une interview pour Plantons pour l'avenir. La photo a été prise par Nathalie Oundijan
Actualités 26 | 02 | 2021

Parole de mécène n°1 – #INTERVIEW de Julien BOUTHILLON Président de Cosylva

COSYLVA est une entreprise familiale créé en 1982. Elle évolue au départ sur deux métiers : la fabrication et la pose de charpentes en bois lamellé-collé. Dans les années 1990, l’entreprise se spécialise dans la fabrication industrielle et abandonne sa deuxième activité. Cette spécialisation est marquée au début des années 2000 par deux innovations majeures :

  • L’installation de centres de taille à commande numérique qui permettent un usinage précis et sur mesure des composants bois.
  • L’utilisation d’une nouvelle essence : le Douglas. Un arbre local aux caractéristiques techniques performantes, élément différenciant et dont la ressource disponible a justifié le maintien de l’entreprise dans la Creuse. Avant l’utilisation du Douglas, l’entreprise se fournissait exclusivement en épicéas importés majoritairement des pays nordiques. En plus de ses qualités techniques remarquables, le Douglas permet donc une réduction de l’emprunte carbone liée à son transport puisqu’il est disponible dans un rayon de 50 à 100 km autour de son lieu de transformation, (Bourganeuf dans la Creuse). Cette ressource de qualité et de proximité a été constituée en grande partie, par les reboisements d’après-guerre sur les terres délaissées par l’agriculture.

Plantons pour l’avenir a rencontré Julien BOUTHILLON, Président de COSYLVA. Il représente la deuxième génération de cette entreprise familiale, créée par Dominique son père dans les années 80.

Vue aérienne de l'entreprise Cosylva dans la creuse.

Site de Cosylva à Bourganeuf dans la Creuse (23)

  • Julien BOUTHILLON, quels sont les avantages selon vous du bois et en particulier du bois lamellé-collé ?

Le bois lamellé-collé présente plusieurs avantages par rapport au bois massif :

Il représente un avantage technique d’abord. Le lamellé-collé permet de dépasser les limites du bois massif. Les propriétés de résistance mécanique du bois sont améliorées, dans des dimensions et des formes parfois hors normes. Un bois massif est limité dans sa forme (droite) et dans sa longueur (celle de l’arbre). Cette technique a élargi le champ des possibles.

L’avantage est aussi esthétique. Le lamellé-collé est produit à un taux d’humidité de 12%, proche de celui qu’il connaitra dans sa phase de mise en œuvre. Cela lui permet d’être plus stable au niveau dimensionnel, et limite considérablement le phénomène de fente que l’on peut trouver dans des constructions réalisées avec du bois non séché préalablement.

Le matériau bois présente également un intérêt environnemental ! Le bois capte du carbone pendant la croissance de l’arbre, et le rejette si on le laisse mourir et se décomposer naturellement. Récolter un arbre, le travailler pour qu’il devienne un meuble, une poutre, un bardage : c’est permettre un stockage du carbone pendant toute la durée de vie du produit. Dans un bâtiment, ça peut être très long : 50 à 100 ans minimum ! À condition de replanter bien sur…

L’intérêt est sociétal enfin, puisque dans notre cas le Douglas (représentant 50 % de notre production) génère de l’activité sylvicole et des emplois locaux. Ajoutons que nos fournisseurs et nos clients Douglas sont quasiment tous français. C’est donc un levier économique local. Une étude démontre que lorsque le bois que nous transformons est français, 93%* du chiffre d’affaire généré est redistribué sur le territoire français, contre seulement 51% si nous utilisons des bois importés.

*indice BIOM, détail à retrouver sur notre site internet www.cosylva.fr/biom/

Charpente en bois lamellé-collé réalisée par Cosylva dans la creuse. Elle est visible dans la piscine olympique de Chambéry.

Piscine olympique de Chambéry

  • Votre activité est donc très locale et régionale. Mais qu’en est-il de vos clients et de l’utilisation de vos produits bois ?

Notre vision de la filière bois est résolument nationale. Nous nous sommes d’ailleurs engagés dans la certification Bois de France.

La France regorge d’essences d’arbres avec pour chacune ses caractéristiques, pouvant répondre à des exigences techniques diversifiées. C’est l’avantage d’un pays où l’on trouve des climats variés : montagnard, océanique, continental ou méditerranéen. Il faut que ces ressources soient disponibles pour le bon usage et pour le plus grand nombre (« le bon bois au bon endroit »), en prenant garde à ne pas contraindre à l’utilisation de tel ou tel bois par des labels trop locaux qui peuvent conduire à des aberrations industrielles et économiques. L’enjeu de l’utilisation du bois est national et les zones de production sont souvent bien différentes des zones d’utilisation. Le douglas est adapté à tout type de construction sur le territoire national.

  • Vous présentez l’utilisation du bois comme un levier économique durable. La forêt française est-elle suffisamment riche et renouvelée pour s’y approvisionner ?

Notre production depuis 20 ans de bois lamellé-collé en douglas n’est possible que parce que la ressource issue des reboisements de l’après-guerre arrive progressivement à maturité. Cette ressource prend d’ailleurs une place de plus en plus importante dans l’approvisionnement des scieries de notre territoire et représentera dans quelques années le tiers de la production nationale de sciage. Cependant nous devons prendre garde au renouvellement de cette ressource, car durant les 20 dernières années, l’effort de reboisement a été insuffisant.

Nous avons de grandes exigences en termes de qualité d’arbres. Ces derniers doivent être droits, avec des nœuds petits et sains. Cette qualité de bois nous la retrouvons essentiellement en forêt privée, qui représente près de 90% des forêts du Massif Central, et par l’intermédiaire des coopératives forestières. Aujourd’hui si nous voulons nous approvisionner avec des bois français, nous devons avoir des ressources qualitatives, quantitatives et renouvelables.

Qualitative, c’est le travail du propriétaire forestier et des conseils forestiers qui l’accompagnent. C’est également l’ensemble des recherches forestière, notamment génétiques.

Quantitative, grâce notamment aux coopératives forestières qui permettent le regroupement des ressources d’une multitude de propriétaires, pour répondre aux exigences des industries en termes de cadence d’approvisionnement.

Renouvelable enfin, c’est la nécessité de la gestion durable des forêts d’où sont issus les bois que nous utilisons.

Quand on vit du bois, on regarde sur le long terme. Aujourd’hui, nous devons nous fournir avec une matière première adaptée à notre outil industriel, tout en garantissant l’approvisionnement des générations futures. Aussi notre activité est intimement liée à une exigence de production dynamique et raisonnée d’une partie de nos forêts.

Nous sommes des industriels dépendant et partenaires de la sylviculture. Et c’est pour cela que nous prenons part, via notre mécénat, au renouvellement et à la gestion durable des forêts.

jeune plant de douglas planté par un planteur à la main

  • Justement, à travers votre mécénat quel message souhaitez-vous porter ?

En tant que transformateur d’une ressource locale, nous devons agir pour que nos forêts restent productives, diversifiées et adaptées au changement climatique et aux besoins en bois des industries de notre territoire. Mais au-delà de cette problématique, pour Cosylva, le mécénat est une façon de prendre part à une grande cause d’intérêt beaucoup plus général, au travers des actions nationales et complémentaires soutenues par PPLA : reboiser, sensibiliser, innover. Le mécénat est une façon d’exprimer les valeurs de l’entreprise, de donner du sens à notre responsabilité sociétale et environnementale et de les partager avec nos collaborateurs, nos clients ou nos fournisseurs.

C’est bien ce message que nous souhaitons partager avec toute notre filière et les entreprises de notre territoire. En contribuant de manière solidaire et collective au reboisement, nous agirons concrètement, non seulement pour la préservation notre environnement, mais également pour  la vie sociale et  la transition économique sur nos territoires.

logos de plantons pour l'avenir, france douglas et cosylva

Plantons pour l'avenir

Autres actualités

Sensibiliser et Former
07/06/2021 Le Forum International Bois Construction,... en savoir +
Sensibiliser et Former
03/06/2021 Plantons pour l’avenir partenaire de la... en savoir +
Actualités
28/04/2021 Appel à projets « PLANTER » : 26... en savoir +
Actualités
21/04/2021 MATHIEU CLAVEAU | AMBASSADEUR DE PLANTONS... en savoir +