PLANTONS POUR L'AVENIR
Parce qu'il est de notre responsabilité à tous d'assurer l'avenir de nos forêts

Le cycle vertueux de la forêt et du bois

Le paradoxe des forêts françaises

« Le renouvellement de la forêt française est en danger ! »

Bien que la superficie de la forêt française ait augmentée au cours de la seconde moitié du XXème siècle, grâce notamment aux accrus naturels sur les déprises agricoles, sa surface s’est stabilisée autour des 16 millions d’hectares depuis le début du siècle, et sa durabilité n’est plus assurée.

Faute de plantations, la forêt française ne sera plus en capacité de répondre à la demande croissante en bois, de participer à la transition énergétique (écoconstruction, énergie renouvelable, chimie verte…), ni d’assurer pleinement son rôle d’acteur clé du développement durable des territoires : protection de l’eau et des sols, maintien de la biodiversité, lutte contre le changement climatique, maintien et création d’emplois non délocalisables…

La seule régénération naturelle des forêts ne suffit plus à répondre à la hausse des besoins en bois et au développement d’une économie bio-sourcée.

75% de la forêt française est privée et appartient à plus de 3 millions de propriétaires qui pour la plupart ne possèdent que quelques hectares et dont les ressources sont insuffisantes pour assurer le reboisement.

Avec la réduction des aides de l’état et des collectivités, les plantations forestières ont chuté de plus de 50% en France, et sans soutien au reboisement, bon nombre de propriétaires forestiers sont dans l’incapacité d’assurer le renouvellement de peuplements souvent dépérissant, victimes d’intempéries ou inadaptés au changement climatique.

Les bienfaits de la plantation

« La plantation permet d’introduire des essences adaptées aux évolutions climatiques et aux besoins économiques de demain, par l’intermédiaire de variétés forestières améliorées qui disposent d’une base génétique plus large que celle des peuplements naturels, ce qui leurs confèrent une adaptabilité plus importante et donne des peuplements plus résistants. »

Les atouts de la forêt

« Forêt-Bois : une filière d'avenir pour la France »

Un potentiel énorme, des atouts incontestables, mais encore peu valorisés. Souvent morcelée, dégradée ou délaissée, notre forêt a besoin de soutien pour être renouvelée et continuer ainsi à jouer son rôle multifonctionnel, indispensable à la vie sociale et économique de nos territoires.

Une ressource naturelle à fort potentiel

La forêt française couvre 16 millions d’hectares - soit plus de 25 % du territoire

Une source indispensable de matières premières

Chaque année, 35 millions de m3 de bois sont consommés en France pour la construction, l’industrie et l’énergie

Une filière économique à part entière

La filière forêt bois française représente 450 000 emplois et 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires

Un élément majeur de lutte contre le réchauffement climatique

1 m3 de bois séquestre 1 tonne de CO2 ; les produits bois se substituent aux énergies fossiles et aux matériaux énergivores

Un garant de la biodiversité naturelle

La forêt comporte plus de 130 espèces d’arbres, 73 espèces de mammifères et 120 espèces d’oiseaux

Une offre de loisirs très développée

11 000 km de sentiers de randonnées, 9 000 km de pistes cavalières, champignons, chasse,…

La gestion durable des forêts

« La gestion durable des forêts garantit leur diversité biologique, leur productivité, leur capacité de régénération, leur vitalité et leur capacité de satisfaire, actuellement et pour l’avenir, les fonctions économiques, écologiques et sociales pertinentes aux niveaux local, national et international, sans causer de préjudices à d’autres écosystèmes. (article L1du code forestier). »

Dans le respect de la politique forestière mise en œuvre par le Ministère de l’Agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, les propriétaires forestiers doivent présenter un document de gestion durable. Ce document fixe les objectifs à atteindre pour concilier les enjeux économiques, sociétaux et environnementaux et liste les différentes interventions sylvicoles à envisager, notamment les coupes et travaux sylvicoles.

Il existe 3 sortes de documents de gestion, ces documents sont fonction de la taille de la forêt et du choix du propriétaire :

• Le plan simple de gestion (PSG)

Il est obligatoire pour toutes les propriétés forestières au moins égales à 25 hectares et sans condition de seul tenant (depuis la loi de modernisation agricole et de la pêche de juillet 2011). Ce document comprend une description de la forêt, une brève analyse des enjeux économiques, environnementaux et sociaux de la forêt, un programme d’exploitation des coupes et un programme des travaux de reconstitution. Il est prévu pour une durée allant de 10 à 20 ans.

Il est agréé par le CRPF et donne à son propriétaire une garantie de gestion durable.

• Le règlement type de gestion (RTG)

Document de gestion forestière volontaire qui a pour objet de définir les modalités d’exploitation de la forêt, adaptées aux grands types de peuplements forestiers ou aux grandes options sylvicoles régionales. Il est élaboré par un organisme de gestion en commun, un expert forestier ou l’ONF et approuvé par le CRPF. Ce document est facultatif mais donne la garantie de gestion durable. Les propriétaires forestiers adhèrent au RTG en signant avec le gestionnaire responsable du RTG, un engagement d’au moins 5 ans.

• Le code de bonnes pratiques sylvicoles (CBPS)

Document de gestion durable qui est rédigé par les CRPF et approuvé par le préfet de région, après avis de la CRFPF. Il comprend, par région naturelle ou groupes de régions naturelles, des recommandations essentielles conformes à une gestion durable en prenant en compte les usages locaux et porte tant sur la conduite des grands types de peuplements que sur les conditions que doit remplir une parcelle forestière pour que sa gestion soit durable.

Ce document facultatif donne au propriétaire qui y adhère, pour une durée d’au moins 10 ans auprès du CRPF, une présomption de gestion durable.

La certification forestière

L’objectif de la certification est d’assurer aux utilisateurs industriels et aux consommateurs que les produits qu’ils achètent répondent à des critères respectueux de la gestion durable des forêts.

Il existe plusieurs systèmes de certification, les deux plus importants étant :

Cette certification a pour but de garantir que les forêts, gérées dans le respect des cahiers des charges PEFC, sont gérées durablement, afin de satisfaire les besoins économiques, écologiques et sociaux de nos sociétés, pour le présent et pour l’avenir. Ses priorités sont de produire du bois tout en :
• pérennisant la ressource forestière ;
• préservant la biodiversité ;
• garantissant le respect de ceux qui possèdent les forêts, y vivent et y travaillent ;
• maintenant un équilibre entre production, environnement et accueil des usagers de la forêt.

Pour en savoir plus : www.pefc-france.org

La certification FSC (Forest Stewardship Council) permet de donner une valeur environnementale, économique et sociale à la forêt. Elle est gage de protection de la biodiversité, des cours d’eau et des sols. Elle garantit également le respect des travailleurs, des populations locales et des peuples autochtones. Enfin, elle s’assure que la forêt est économiquement viable.

Ce système est établi selon 10 principes clés : Respect des lois / Droits des travailleurs et conditions de travail / Droit des populations autochtones / Relations avec les communautés / Bénéfices générés par la forêt / Valeurs et impacts environnementaux / Planification de la gestion / Suivi et évaluation : Hautes valeurs de conservation / Mise en œuvre des activités de gestion.

Pour en savoir plus : www.fsc-france.fr